Le vieux siffleux

Le vieux siffleux

Vieillir n’est pas toujours de tout repos;  surtout quand on est tout a fait conscient de sa perte d’autonomie constante.  Avec ses 89 ans bien sonnés, chaque journée est un défi;  un défi contre le temps. Pourrait-il continuer sa vie sans déranger, sans demander quoi que ce soit aux autres. Quand chaque sous a été difficile à gagner, on hésite à dépenser pour obtenir l’aide nécessaire. On attend et chaque soir on se dit que l’on a réussi encore une fois à clore…

Atelier Saison plume

Atelier Saison plume

Une exploration de soi à travers les cycles et les mots de la nature Vous avez envie d’un bain de nature et d’écriture inspirant et regénérateur? Vous êtes à une croisée de chemin dans votre vie et désirez traduire ce passage en mots? Vous avez besoin de vous brancher avec ce qui résonne à l’intérieur? L’une des façons d’exprimer les changements profonds qui jalonnent nos vies consiste à se brancher sur le langage de la terre. À travers ses cycles de naissance, de croissance,…

Prendre la poudre ou la plume d’escampette?

Prendre la poudre ou la plume d’escampette?

J’ai nommé mon voyage d’écriture au Mexique Plume d’Escampette et j’avoue que j’aime bien ce titre. Non seulement il évoque l’expression « poudre d’escampette » comme dans « prendre la poudre d’escampette » qui désigne le fait de s’enfuir pour se sortir d’une situation délicate (genre un hiver trop long… ;-), mais la plume, qui remplace ici la poudre, évoque en plus le fait qu’on va écrire ! Sachez, chers lecteurs assidus, que j’ai fait usage ici d’une PARONOMASE. Hé oui ! Encore…

La synesthésie: figure de style ou phénomène neurologique?

La synesthésie: figure de style ou phénomène neurologique?

Dans l’un des blogues précédents, j’ai fait référence à une figure de style peu connue : la synesthésie. La synesthésie est une figure de style qui fait appel, pour définir une perception, à un terme normalement réservé à des sensations d’ordre différent. Les écrivains l’utilisent pour exprimer des nuances d’impressions ou de sentiments. Il y a des synesthésies qui font partie des expressions courantes au point où on ne les remarque même plus ! Par exemple l’expression une couleur criarde fait référence à la fois au sens de…

La femme du métro

La femme du métro

Cette fois, j’ai envie d’oser un petit jeu d’écriture collective. Comme ça. Juste pour le plaisir des mots. Je vous propose l’amorce d’une histoire et vous invite à la continuer. 200 mots maximum (mais vous pouvez tricher… un peu !). Votre petit bout d’histoire doit se terminer avec des points de suspension… suite à quoi une autre personne poursuivra… et ainsi de suite jusqu’à une fin qu’on ne connaît pas encore. Ça vous tente ? Voici l’amorce : C’est inexplicable, irrationnel, mais pourtant bien réel. Dès…

Un nom à coucher dehors

Un nom à coucher dehors

Je m’apprêtais à vous présenter une nouvelle figure de style. J’étais à me demander pourquoi plusieurs d’entre elles ont des noms à coucher dehors (oxymoron, zeugme, homéotéleute, paronomase, etc.) quand mon esprit s’est arrêté sur l’expression : « un nom à coucher dehors ». D’où est-ce que ça pouvait bien venir? Chose certaine, j’ai maintes fois utilisé la formule pour rigoler du prénom « Exilda » de ma défunte grand-mère paternelle (excuse-moi grand maman! ;-)). J’ai fait ma petite recherche, j’ai trouvé la réponse sympathique et j’ai décidé de vous…